Ma Running Story

Ma running story – Épisode 1

Salut toi,

Oui, salut à toi, visiteur curieux ! Maintenant que tu es arrivé jusqu’ici, à moi de te raconter pourquoi j’ai commencé à courir. J’ai décidé d’adopter un format en plusieurs chapitres pour te faciliter la lecture de mon histoire et, je l’espère, te donner du temps de réflexion entre 2 articles pour prendre toi-même la bonne décision.

Qui suis-je aujourd’hui ?

Moi, c’est Frédéric. Mais tu me trouveras sur les réseaux sociaux sous le pseudonyme de Cassius Boro et je t’expliquerais plus tard pourquoi il est tellement important pour moi. Je signerais toujours mes articles sous ce pseudo. J’ai 40 ans et dans ma vie d’adulte, j’ai toujours été gros. Enfin ça, c’était avant. Maintenant, ça va beaucoup mieux. Mais je tiens beaucoup à raconter cette histoire parce qu’elle expliquera beaucoup de choses que tu verras par ici.
Il y a quelques mois, j’ai fait une grosse dépression professionnelle. Un “Burnout” comme on dit maintenant. Au-delà de la situation particulièrement compliquée à gérer, c’est la gestion désastreuse de mon cas par mon patron qui m’a poussé à réfléchir à un autre avenir. Après de nombreuses années à piloter la relation client dans la distribution spécialisée, j’ai donc décidé de me préoccuper de celui qui a toujours été mon plus fidèle client : moi-même !
J’ai donc décidé de créer ma petite entreprise de services de contenus numériques et par la même occasion, de monter ce blog pour partager mon expérience, mes victoires mais aussi mes échecs dans un domaine qui me passionne particulièrement : la course à pied, le running.

Qui étais-je avant ?

Dans ma vie d’adulte, j’ai toujours été gros. Plus ou moins. Plus souvent plus que moins d’ailleurs. Je me souviens précisément de la première fois où quelqu’un m’a fait une remarque en rapport avec mon poids.
C’était en 1998, j’avais tout juste 19 ans. Je l’ai extrêmement mal reçue parce que je n’avais même pas conscience d’avoir pris du poids. Durant mon enfance et mon adolescence, j’étais vraiment svelte et je n’avais pas revu “l’ami” qui m’a fait cette remarque depuis presque 2 ans. Très surpris par mon apparence, il n’a pas pu s’empêcher d’être hyper cash. C’est sûrement pour préserver les autres qu’on nous invite toujours à réfléchir avant de parler…
Moi j’ai du caractère, du tempérament. Je sais dire les choses en étant juste et parfois ça fait mal. Mais il n’est pas toujours aussi facile d’être de l’autre côté. C’est même rarement le cas, en fait.
L’autre côté, c’est celui où l’on reçoit “les choses”. Évidemment, ce jour-là j’ai vraiment mal pris sa remarque. Mais au-delà de cet événement, ce sera le début d’une très longue frustration personnelle. Celle de me voir dorénavant comme étant gros. Pas enveloppé ou en surpoids, non. Vraiment gros. 1m67 pour près de 90 kg, c’est gros.

Comment j’en suis arrivé là ?

Mais d’où ça vient d’ailleurs cette affaire ? Nouvelles habitudes alimentaires, nouveau rythme (ralenti) de vie, bienveillance excessive autour de moi (ça ne dérange jamais les gens quand tu leur en parles, ils t’aiment bien comme ça). En deux ans, tout avait changé autour de moi. Ce n’était donc pas de ma faute ! C’était mon environnement, les changements qui étaient responsables de cette situation.
Depuis ce jour donc, la question de mon apparence est restée un problème frustrant et honteux pour moi. Sans pour autant jamais trouver la motivation de tenter de la changer. Sans même imaginer que cela puisse être possible de changer. Et cela va durer plus de 14 longues années…
Mais l’avantage avec le sommeil, c’est qu’il n’est pas éternel. Un jour ou l’autre on finit par se réveiller. C’est une nécessité. Tout ce qui change quand c’est ta motivation qui somnole, c’est de choisir de la réveiller. Et finalement, c’est assez facile de se réveiller.

Chacun Son Running - Running Story n°1

Le jour J

Moi, j’ai choisi de me réveiller après une photo prise lors du mariage de mon meilleur ami.
Cette photo, c’est celle qui accompagne ce paragraphe. Elle n’est peut-être pas très soyeuse mais elle a l’avantage de ne pas être retouchée. Être honnête avec moi-même s’est avéré bénéfique. Autant l’être avec vous aussi.
J’ai beaucoup moins honte des photos que je prends aujourd’hui en compagnie de ma femme et cela n’est pas dû qu’au costard. Il était d’une classe tout à fait acceptable il y a quelques années…

 

Et maintenant ?

Voilà, vous en savez un peu plus sur moi.
J’ai décidé de publier assez régulièrement sur cette page. 2 à 3 fois par semaine. D’ailleurs, j’en ai fait un challenge.
Publier quoi ? Les prochains épisodes de ma Running Story, bien sûr mais pas seulement. Des conseils, des interviews, des vidéos. Tout ce qui aura un intérêt pour toi, cher lecteur.
Je te dis à bientôt et en attendant, n’oublie pas de t’inscrire à la newsletter du blog afin d’être informé dès la publication d’un nouvel article.
Tu peux également me suivre sur les réseaux sociaux et partager cet article. Je t’en serais vraiment reconnaissant ! 🙂
Tu peux retrouver dès à présent l’épisode n°2 de ma Running Story en cliquant ici.
@++>
Cassius.
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :