Nutrition

Perdre du poids grâce au petit déjeuner

Introduction

Sur ce blog, je vous raconte, au fil du temps qui passe, ma Running Story. Mes Aventures, mes succès, mes difficultés. À l’occasion de certaines étapes cruciales, je complète mes articles par des compléments plus spécifiques.

Aujourd’hui, un petit focus sur comment perdre du poids grâce au petit déjeuner, votre premier allié santé, bien-être et sportif. On ne le répètera jamais assez : le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée ! Même si tous les experts ne sont pas forcément d’accord sur le sujet…

Mes premiers résultats

J’ai clôturé la rédaction du 4e épisode de ma Running Story par un chiffre, un premier résultat probant : 4,3 kg en moins sur la balance. Et cela, avant même d’avoir commencé à faire du sport ou le moindre effort ! Inutile de faire un long paragraphe sur mon état de satisfaction à ce moment-là. Je vous invite à aller lire l’article afin de comprendre ce qui m’a amené à changer radicalement ma façon de gérer mon petit déjeuner.

Un bon début. Un excellent début, même !

Mais est-ce une fin en soi ?

Non, bien sûr que non. Et pour plusieurs raisons :

  • Les causes de cette perte de poids restaient vagues pour moi. Et il reste compliqué de poursuivre dans la durée ce que l’on ne comprend pas bien.
  • Aussi facile qu’il aura été de perdre ces premiers kilos, il serait certainement tout aussi facile de les reprendre.
  • Le nombre de kilos qu’il me fallait encore perdre restait important.
  • C’était trop facile pour que cela suffise à atteindre mes objectifs.

2 scénarios récurrents concernant le petit déjeuner

D’une façon générale, 2 scénarios s’offrent à vous. Il y a quelques exceptions mais comme elles sont d’ordre médical, je ne vais pas m’attarder sur le sujet. Je vais volontairement rester simpliste dans cette explication afin que les choses restent bien claires et faciles à comprendre.

Perdre du poids avec ce petit déjeuner équilibré, ça marche !

Scénario n°1

Vous prenez un petit déjeuner le matin. En France (tout comme en Italie), il sera majoritairement sucré. Et un peu partout ailleurs dans le monde, plutôt majoritairement salé. Qu’il soit équilibré ou non, il y a fort à parier qu’en général, vous avez faim en vous levant. Une faim raisonnable mais réelle. Une faim que vous allez donc chercher à apaiser.

Scénario n°2

Vous ne prenez pas de petit déjeuner le matin. En tout cas, rien de solide. Votre petit déjeuner se limite à un jus de fruits (industriel, chiche ?) ou à un bon café bien chaud et peut-être sucré. Bon gré, mal gré, vous allez arriver à tenir jusqu’à 10h et cette fameuse pause. Une pause café devant la machine du même nom, située juste à côté du distributeur automatique de sandwiches, confiseries et autres petits pains. Je n’entre pas dans les détails : vous avez toujours assez de monnaie sur vous pour payer votre café, celui du collègue et la confiserie qui va pouvoir vous caler jusqu’au repas de midi.

Ou encore mieux : vous résistez (par choix ou par contrainte) à cette fameuse pause. Et vous allez manger votre premier vrai repas de la journée au resto ou fast-food situé juste à côté de votre lieu de travail.

Facteurs aggravants

  • Vous travaillez en restauration ou dans un secteur équivalent.
  • Vous ne travaillez pas (chômage, longue maladie, maternité, etc…).
  • Votre patron vous invite régulièrement pour manger à midi et soigner sa ligne n’est clairement pas sa priorité.
  • Etc…

Conclusion rapide

Si le premier scénario ne vous donne pas toutes les garanties de pouvoir tenir jusqu’au repas de midi, il y a tout de même un terrain bien plus favorable que dans le scénario numéro 2. Surtout si vous êtes concerné par l’un des nombreux facteurs aggravants auxquels nous pouvons tous être confrontés. Et la raison est assez simple, en fait.

Se nourrir et jeûner

En réalité, ne pas prendre de petit déjeuner consiste ni plus ni moins qu’à observer une période de jeun. À l’heure où les bienfaits du jeun intermittent sont régulièrement mis à l’honneur, il convient de ne pas confondre le principe et les arguments bidons. Notamment celui qui oppose (à juste titre) les experts sur l’importance du petit déjeuner. Évidemment, si vous mangez particulièrement mal au petit déjeuner, les effets sur votre santé seront nuls.

Vous l’aurez compris, je ne suis pas très fan du principe du jeun intermittent. D’abord, pour une question d’expérience personnelle, avec une mise en garde de mon médecin. Et ensuite, parce que si elle peut effectivement s’avérer efficace (la nuit est de fait une période de jeun intermittent), cette façon de s’alimenter ne convient pas à tout le monde. Loin de là. En premier lieu, ceux qui souffrent ou on souffert de troubles de l’alimentation ne devraient jamais suivre les préceptes du jeun intermittent. Le risque d’accentuer les problèmes de poids est extrêmement élevé lorsque l’on a souffert de boulimie, par exemple.

Je vous propose d’ailleurs un article intéressant sur le sujet, trouvé sur santémagazine.fr

Et le goûter dans tout ça ?

Supprimer les goûters du matin et du “4 heures” reste une méthode moins radicale mais très efficace. De fait, il s’agit d’une forme de jeun intermittent. Si vous avez besoin de manger à 18h plutôt qu’à 19h30, cela ne pose aucun problème. Évitez juste de vous coucher tard lorsque vous avez mangé tôt. De cette façon, vous évitez de ressentir la faim au plus mauvais moment. Et vous aurez une bonne faim bien saine au petit-déjeuner du lendemain.

Attention cependant : le goûter n’est pas une collation. Lorsque vous faites régulièrement du sport (et dans notre cas, de la course à pied), il est plus qu’indispensable de prendre une collation après votre sortie. Adaptée à l’effort que vous avez fourni, bien sûr.

Jeûner pour faire du gras

Perdre du poids grâce au petit-déjeuner

Un jeun trop long peut provoquer l’effet inverse de la perte de poids : en effet, le temps d’adaptation à luter contre la sensation de faim peut se révéler très long. Voir trop long. Si l’être humain y a longtemps été confronté dans des ères primaires, cela n’était pas normal pour autant. L’organisme développe alors des processus de survie. L’un d’entre eux étant le stockage de réserves sous forme de graisses diverses.

Ce sont là les kg en trop que nous sommes nombreux à porter.

De la même façon, il n’est pas possible pour notre organisme de synthétiser à l’infini les calories que nous lui apportons. C’est d’autant plus vrai lorsqu’elles sont de mauvaise qualité (le fameux trop gras, trop sucré). Digérer devient alors un combat. Et pour le mener, votre corps va devoir utiliser les armes qu’il détient.

Une activité physique trop limitée au regard des calories que vous absorbez ou un décalage important dans le temps entre ces deux moments vont là aussi pousser votre organisme à stocker.

Sans avoir besoin de basculer dans le petit déjeuner parfait, le simple fait de manger le matin casse le jeun à un moment stratégique. En effet, hormis vos séances de sport intensives, c’est durant votre sommeil que vous consommez le plus de calories.

Imaginez maintenant ce qu’il se passe lorsque vous ne prenez pas de petit déjeuner le matin : vous dînez vers 19h le soir et devez tenir jusqu’à 12h le lendemain avant de vous nourrir à nouveau. Soit 17 heures sans manger. Et encore, nous parlons d’une situation idéale où vous pouvez maîtriser les créneaux pour vous alimenter. Vous allez donc absorber en 7 heures une quantité de calories extraordinairement plus élevée qu’en 17 heures. Un comble !

Les causes réelles de cette perte de poids

Donc le simple fait de répartir vos prises alimentaires au plus proche des périodes où vous venez de dépenser de l’énergie suffira à stopper la prise de poids. C’est assez évident à comprendre puisqu’il n’y a pas besoin de passer par la case “stockage”. Dans les faits, ne pas sauter de repas permet de limiter les inflammations du système digestif (un peu comme si vous ne rouliez plus en sur-régime) et fait baisser votre résistance à l’insuline. 2 facteurs importants dans le cadre de la lutte contre l’obésité (et avant elle, dans la lutte contre le surpoids).

Imaginez donc que globalement, vous tirez moins sur la corde. Votre organisme moins “fatigué” structurellement peut se concentrer avec plus d’efficacité sur une digestion qui est elle-même plus légère. Un cercle vertueux, tout simplement.

Avec ces éléments, la moindre activité supplémentaire peut donc vous permettre d’obtenir rapidement les premiers résultats lorsque vous cherchez à perdre du poids. C’est d’ailleurs sur ça que comptent les spécialistes de la distribution de repas équilibrés. Ils vous proposent 3 à 4 repas par jour étalés du matin au soir et non simplement 2 repas espacés de quelques heures. Et vous aurez toujours dans leurs programmes des conseils tels que “faites du sport” ou des rappels de bons principes tels que “marchez au moins 20 mn chaque jour”.

Certes leurs méthodes sont efficaces. Mais il n’y a vraiment pas besoin de passer par eux pour une autre raison qu’un aspect pratique. Au prix du repas, il vaut mieux y réfléchir à deux fois.

Et n’oublie pas de t’inscrire à la newsletter du blog afin d’être informé dès la publication d’un nouvel article.

@++>
Cassius.
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :